Parole d’adhérent : le Blue Lab à St-Nazaire

Bluelab1

Association nazairienne, le Blue Lab est situé au cœur de la cité portuaire.  Née de la conviction que l’innovation est l’affaire de tous et que la collaboration est la clé de la réussite d’un projet, l’association s’est développée jusqu’à rassembler aujourd’hui une communauté de 115 adhérents ! 

Le Blue Lab est un lieu d’échanges qui réunit tous types de porteurs de projets (étudiants, salariés, entrepreneurs, retraités). Leur objectif : concevoir, fabriquer, expérimenter, partager pour lancer des projets qui ont du sens pour la ville et ses habitants.

Damien Henry, Directeur du Blue Lab est adhérent de Vénétis depuis 2020. Il bénéficie des compétences expertes de Christelle, Assistante de gestion à temps partagé chez Vénétis depuis le printemps 2020.

Cécile Oger, Chargée d’Affaires RH sur Saint-Nazaire et la presqu’île de Guérande est allée à leur rencontre.
Merci à eux pour leur disponibilité ! 

Parole d'adhérent : Blue Lab
Damien Henry, Blue Lab

Bonjour Damien, peux-tu présenter le Blue Lab ?

Damien Henry : Le Blue Lab est un tiers lieu d’intelligence collective ouvert à tous les élans de créativité, fondé sur des principes de partage et d’entraide, pour transformer les idées en projets concrets. Il s’agit d’un Fablab associatif (fabrication laboratory) où se retrouvent étudiants, entreprises et particuliers autour des technologies de fabrication numérique.

Nous pouvons donc accompagner le porteur de projet à vocation commerciale comme le “bricoleur” passionné d’IOT (objets connectés) qui va concevoir un potager automatisé ou une harpe laser… Au-delà du lieu et des machines, il s’agit d’un carrefour où des retraités découvrant l’impression 3D croisent des étudiants en électronique, des ingénieurs…

Comment cet espace évolue-t-il dans ce contexte sanitaire actuel ?

D.H : L’activité de l’association a été chamboulée par ces 2 confinements. Nous sommes un lieu où l’on bricole, un lieu où nos adhérents viennent aussi chercher du lien social. Lors du premier confinement nous avons été un des premiers réseaux de fabrication de matériel de protection pour soignants. Cela a consolidé notre communauté sur le territoire en passant de 35 à 115 adhérents.

Pour le second confinement, nous nous sommes rapprochés de plage web afin d’aider les commerces dans la numérisation de leur activité. Comme les lieux culturels et les restaurateurs, nous attendons la réouverture pour reprendre nos ateliers. Nous continuons à développer un service de réparation de pièces et d’accompagnement au prototypage pour les entreprises.

Tu as décidé d’intégrer dans ton organisation une salariée Vénétis. Pourquoi avoir choisi cette alternative d’accompagnement ?

D.H : En effet, notre Conseil d’administration fait face à une forte hausse d’activité. Les membres doivent aussi gérer une année compliquée au sein de leurs activités respectives, et leur action pour le Blue Lab dépasse parfois celle d’un simple bénévole. Je n’étais pas en mesure d’assurer à la fois l’ensemble des tâches administratives, la communication, et l’animation du projet associatif. Nous avons donc renforcé l’équipe avec Christelle qui m’aide sur les tâches et la structuration, laissant du champ à notre ex-trésorier (Xavier Lasalle), notre président (Guillaume Accarion) et notre vice-présidente (Adeline Binard) qui passait presque 1 jour par semaine à effectuer ces actions.

Qu’est-ce que t’évoque la mutualisation de compétences ?

D.H : Le principe me parle forcément ! Le Blue Lab est un concentré de Saint-Nazaire et de sa créativité technique. Une communauté à forte valeur ajoutée. C’est ce mélange de compétences qui permet de faire avancer les projets. La notion de partage se retrouve au cœur du principe. On peut se permettre de voir plus loin sur les projets, sans se dire que tel ou tel aspect sera bloquant à cause d’une limite d’expertise. Il s’agit d’être plus souple, on gagne forcément en agilité.

Quels en sont les intérêts selon toi ?

D.H : Je peux aussi me concentrer sur le terrain et le Bureau peut souffler un peu…

L’action est efficace et concentrée : nous ne pouvions faire appel à un ETP (ndlr : Equivalent Temps Plein). Christelle intervient une journée par quinzaine, ce qui reste peu mais permet de régler les affaires courantes et d’avancer peu à peu dans la structuration des outils (compta, documents, tarifs…). C’est souple, on peut imaginer ajuster son temps d’intervention pour la suite.

Quel bilan à date peux-tu faire de sa mise à disposition et de l’apport de son expertise métier ?

D.H : J’ai senti dès le premier jour de Christelle que ça allait me donner de l’air, ma charge mentale a fortement diminué ! Elle est terriblement efficace et effectue en une matinée ce que je mettais 3 jours à faire en pointillé (car au lab je suis assez sollicité). On a vite trouvé un rythme, et aujourd’hui on commence à structurer des choses qui étaient sans cesse “repoussées” faute de temps (et d’organisation il faut avouer). Christelle c’est un peu le Yoda de l’organisation, elle dompte avec brio le côté obscur des procédures. ça enchaîne !

As-tu des conseils à donner à des entreprises ligériennes qui ne connaissent pas le temps partagé ?

D.H : Je ne peux qu’encourager, il y a une forme de démarche de prototypage, on teste à échelle réduite, si cela répond au besoin sur 1 jour par quinzaine, cela permet d’ajuster à 2 jours puis 3, d’avancer et de passer éventuellement à l’embauche d’un temps plein. Je vois aussi l’opportunité d’avoir un profil “expert” car l’on profite aussi des bonnes pratiques rencontrées dans les autres entreprises. Un concentré de retours d’expériences qui est bénéfique.

Christelle Santini, Blue Lab

Et toi Christelle, depuis combien de temps travailles-tu chez Vénétis ?

Christelle Santini : J’ai intégré l’équipe Vénétis Saint Nazaire en mai dernier, juste après la sortie du premier confinement.

Comment se passe ta journée au Blue Lab, et plus largement au sein de tes autres entreprises adhérentes ?

C.S : Il m’est difficile de décrire une journée de travail au Blue Lab, au sein d’une équipe aussi débordante d’idées, aucune ne se ressemble ! J’alterne entre comptabilité, administratif, facturation et structuration de l’activité. Avec les autres adhérents, mes activités sont également très variées, de la prospection commerciale à la comptabilité, difficile de faire un résumé. Ce qui me convient parfaitement.

Qu’est-ce que t’apporte ton emploi chez Vénétis ?

C.S : Vénétis, c’est la lutte contre la monotonie, la possibilité d’apprendre, de relever des défis. J’ai la chance de travailler avec des adhérents dont les activités sont très différentes mais qui me font confiance et me laissent beaucoup d’autonomie. Je change de poste tous les jours ou presque.

Quels sont les avantages du temps partagé selon toi ?

C.S : C’est la possibilité d’intégrer des structures très différentes et d’exercer plusieurs métiers en même temps. J’avais l’impression d’avoir ”fait le tour” au travail, ce n’est aujourd’hui plus le cas. 

Le conseillerais-tu spontanément ?

C.S : Cela dépend des interlocuteurs. Le temps partagé c’est très épanouissant si vous aimez les challenges mais aussi si vous êtes organisé, si vous savez vous adapter rapidement. C’est vraiment génial si c’est un choix délibéré et réfléchi. Pour les entreprises, c’est un grand OUI ! C’est la possibilité d’avoir un atout de plus dans son jeu, d’amener à son équipe du renouveau, des compétences différentes sur un temps adapté.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans cette organisation de travail mutualisée ?

C.S : J’ai l’impression d’amener quelque chose aux adhérents, ce que leur structure ne leur permettrait pas d’avoir avec un temps plein. Cela donne du sens à mon travail.

Besoin d’une ressource à temps partiel sur St-Nazaire et Guérande ?

Contactez Cécile Oger, Chargée d’Affaires RH Vénétis au 06 20 20 60 20 ou par e-mail.

En savoir plus sur le Blue Lab

En savoir plus sur les adhérents de Vénétis